Une ordonnance  aux  effets secondaires redoutables !

Paris le 22 janvier 2018

Communiqué de Presse – SNCDCS

L’ordonnance qui définit les missions des centres de santé ainsi que leur mode de fonctionnement est enfin publiée. Le rôle tenu par les centres de santé dans l’accès aux soins primaires ainsi que celui joué dans la réduction des inégalités sociales et territoriales de santé est enfin reconnu et porté. La prévention n’est pas ignorée

La pratique du tiers payant, le salariat des soignants, les structures pluri professionnelles, toutes les valeurs que nous avons défendues trouvent ici pleinement leurs places dans ce texte.

Mais une ombre plane, celle des filières, du marché, et des actionnaires : Les établissements de santé à but lucratif deviennent gestionnaires possibles de structures comme les nôtres.

La loi Bachelot le sous-entendait, cette ordonnance le revendique.

D’ailleurs la Fédération de l’Hospitalisation Privée (FHP) n’a pas tardé à s’en réjouir, en déclarant que cette ordonnance « constitue une avancée tout à fait digne d’intérêt ».

Cette disposition permettra aux établissements de soins du secteur privé à but lucratif de gérer des centres de santé et donc de participer au « premier recours », source de recrutement de patients pour les cliniques privées et de constitution de filières alimentant leurs établissements.

Nous avions déjà alerté la profession toute entière, ainsi que les tutelles, sur ce point et notre syndicat est plus que circonspect quant au respect des valeurs qui sont les nôtres lorsque les actionnaires des sociétés en question seront associés à la gouvernance des centres de santé. La légitimité du profit lorsque l’on s’affiche à but lucratif s’entend, mais où trouvera t- elle sa place dans les structures et les modèles économiques qui sont les nôtres ; si ce n’est en imposant ses propres modèles, rationalisant à outrance, ne respectant ni patients, ni praticiens qui deviendront des variables d’ajustements de leurs appétits financiers.

Un autre point attire notre vigilance, l’Observatoire des centres de santé ne semble plus trouver sa place dans le texte publié. Cet observatoire renseigne le fonctionnement et la typologie des centres ainsi que, bien évidemment, leur activité. La demande des professionnels, de leurs structures ou syndicats représentatifs étaient d’y être associés dans un comité de pilotage ; les professionnels que nous sommes se refusant d’être de simples pourvoyeurs de données et considèrent qu’ils sont également en capacité de lecture ou d’analyse de ces données.

Nous continuerons de dénoncer les dérives possibles d’une marchandisation de la médecine et de la santé de nos patients, tout en réfléchissant aux évolutions, en proposant des modèles développant les liens entre les centres de santé et l’Université, associant les hôpitaux, nos valeurs du bien commun et notre conception de la santé et du service public étant très proches.

Syndicat National des Chirurgiens-Dentistes des Centres de Santé

Dr Martine DAME, Présidente – tél : +33 6 23 36 04 45

Dr Frédéric NADOLNY, secrétaire général – tél : +33 6 08 01 66 54