Non à la fermeture du centre dentaire de la CPAM 93

Une fois de plus une Caisse primaire va fermer un centre de santé dentaire sous prétexte de non rentabilité de celui-ci alors que l’assurance maladie connait pertinemment les raisons de ce déficit: la sous valorisation des soins conservateurs, adultes ou pédodontiques, des actes de prévention et les difficultés et les charges de gestion des centres de santé, comme par exemple le coût de gestion du tiers payant qui n’est pas valorisé à son coût réel dans les rémunérations de l’accord national CNAM/ Gestionnaires de Centres de Santé.

La CNAM est pourtant bien placée pour savoir quels sont les mécanismes à mettre en oeuvre pour équilibrer les finances des centres de santé puisque c’est elle qui fixe les tarifs des actes pratiqués et qui négocie les avenants de l’accord national avec les gestionnaires de Centre de Santé, comme ceux de la convention dentaire.

La CNAM et les Caisses primaires préfèrent-elle laisser ce terrain aux centres de santé qui ont fait de l’activité dentaire un « créneau » rémunérateur en exploitant leurs salariés, professionnels de santé ou bien administarifs et la « misère » dentaire de certains bassins de population?

Les centres de santé gérés par des caisses d’assurance maladie, polyvalents ou dentaires pourraient être des laboratoires de mise en oeuvre d’une politique de santé permettant de savoir par cette prise directe avec la réalité du terrain quelles politiques mettre en oeuvre pour améliorer la santé des populations, de même que les centres municipaux de santé peuvent permettre de mener des politiques territoriales de santé et d’avoir une approche populationnelle des besoins de santé réels et des actions à mettre en place pour les satisfaire.

Décidément, ce que nous voyons se mettre en place ne va pas dans la bonne direction, que ce soit dans le secteur hospitalier ou dans le secteur de la médecine de ville.

 

En pleine période de crise sanitaire survenant sur un terrain et un tissu sanitaire dégradé par des années de politiques de réduction des dépenses publiques des dépenses d’assurances maladie ayant abouti aux déserts médicaux, à la mise à mal de l’hôpital public, nous aurions pu espérer autre chose des acteurs institutionnels.

Signez la pétition:

https://www.change.org/p/direction-de-la-cpam-de-la-seine-saint-denis-notre-centre-de-sant%C3%A9-dentaire-du-93-ne-doit-pas-fermer