Compte-rendu de la réunion de la Coordination défense et promotion des centres de santé‏

Comme convenu, nous nous sommes réunis ce soir en cette rentrée pour envisager la suite à donner à notre objectif de défense et promotion des centres de  santé.
Notre premiere remarque, c’est que peu de choses transpirent de la négociation en cours entre les gestionnaires de centre de santé et l’UNCAM. Il est urgent que ceux qui négocient l’avenir des centres de santé au travers du prochain accord national nous donnent plus d’informations sur là où ils en sont, afin que nous puissions apprécier la situation et la necessité d’une éventuelle initiative, ceci sans attendre le congrés des centres de santé où sera présent le DG de l’UNCAM.
Si nous devons nous mobiliser pour aider à ce que cette négociation aille dans le bons sens, il nous faut partager l’information. Le maire d’Ivry a écrit au DG de l’UNCAM, sans succés à ce jour, alors qu’il demandait un rendez-vous avec ses autres collègues des villes ayant des centres de santé.  
il nous semble important que les syndicats de salariés soient aussi associés, notamment la CGT et SUD santé, qui nous apportent leur soutien en permanence.
Par ailleurs, lors de notre discussion, nous avons évoqué nos inquiétudes sur notre avenir au travers de « la Loi de santé » qui n’évoque les centres de santé que pour souhaiter la transposition des dispositions libérales aux centres de santé. 
Certes c’est bien, mais largement insuffisant, d’autant que tout ce qui touche au financement du social et  de la santé publique, dépend de l’Etat et donc aussi des ARS, et non de la CNAMTS. 
Au regard des dispositions austeritaires du pacte de responsabilité tant sur la santé et la protection sociale que pour les collectivités territoriales, il y a fort à craindre que même si on obtient un plus dans le nouvel accord, il sera vite perdu par les moins du pacte et de la politique de réduction des deficits publics du Gouvernement, si nous n’obtenons pas des mesures spécifiques pour les centre de santé dans les moyens de l’Etat. Par ailleurs nous avons évoqué le service territorial de santé au public ( et non le service public territorial de santé) et la place des centres de santé, en craignant la volonté d’imposer un modele libéral à nos structures. 
Toutes ces questionnements et analyses politiques, nous ont conduit a retenir une soirée sur ce double theme de l’avenir des centres de santé, les enjeux, au travers de la discussion de l’Accord national et de la Loi de santé, en y invitant :
– les organisations syndicales (notamment CGT et SUD santé, les syndicats de praticiens de centre de santé) 
– les élu-e-s gestionnaires de centres de santé, 
– des représentants des négociateurs de l’accord au travers de la FNCS, 
– les comités d’usagers et de défense des centres de santé
Cette réunion se doit d’être en amont du Congrés national des centres de santé ( les 2 et 3 octobre), et de l’issue probable de la négociation prévue, à ce jour, le 8 octobre. 
Une réunion qui sera aussi l’occasion de faire le point sur la situation de centres de santé en difficulté. 
Une réunion, qui au regard des agendas et des urgences, a été fixée au mardi 23 septembre, 20H,  à Ivry.